Patron de gauche

Essai pour une économie de gauche

« Entrepreneur citoyen« , c’est comme cela que m’a qualifié une responsable de service du Conseil Régional de Bretagne dans une réunion, et j’avoue que le qualificatif m’a plu.

Il est de bon ton à la fois dans mon milieu de dirigeant d’entreprise, et dans mes engagements politiques, de décrier le mélange des genres. La politique aux politiciens et la direction d’entreprise aux vrais gestionnaires.

••• S’il y a bien des points de rencontre entre ces deux mondes, ils sont souvent souterrains ou cachés du grand public, et peuvent donner lieu à des malversations. En effet, les premiers ont besoin des seconds pour financer leurs campagnes électorales, du moins dans au niveau national. Le plus souvent, il s’agit pour les dirigeants d’entreprise de côtoyer les politiques pour faire pression, obtenir des marchés, bref faire du lobbying, même à un tout petit niveau.

••• Pourtant, quand on considère la méconnaissance voir l’incompétence des politiques en matière d’entreprises et c’est un euphémisme, les dirigeants d’entreprise ont tout intérêt à s’intéresser à la politique, car bon nombre de décisions les concerne, ou impacte l’économie générale et donc l’entreprise. À droite comme à gauche (surtout à gauche, je dois le reconnaître), du fait de la typologie des profils d’élus,  des annonces sont dites ou des décisions sont prises en dépit du bon sens.

Par exemple, quand il est annoncé de façon péremptoire que la meilleure façon de résoudre la crise sociale, c’est d’augmenter les salaires dans une grande proportion, on reste sans voix … J’ai déjà écrit par ailleurs que je n’étais pas contre une augmentation des salaires qui permettrait à nombre de salariés de sortir de la zone rouge, mais décréter une augmentation générale de salaire, sans prendre de mesures compensatoires pour les entreprises est tout bonnement criminel. Même si l’économie de marché n’est pas notre tasse de thé, nous devons néanmoins assurer une bonne rentabilité de nos entreprises sous peine de mettre la clé sous la porte… La question des salaires est une question de répartition des richesses au sein de l’entreprise, et entre l’entreprise et la société. Il faut donc résoudre le problème sous cet angle, et il faut que tout le monde en discute, salariés, patrons, élus.

••• Puisque le entreprises sont largement concernées par les décisions des élus, je pense que certains dirigeants doivent s’intéresser à la chose publique, pour éclairer leurs concitoyens élus, et participer au débat public. Les dirigeants d’entreprise ne doivent pas être en dehors du débat politique. Ils doivent pas être exclus ou s’en exclure sous prétexte de ne s’intéresser qu’au développement du profit de leurs entreprises.

Categories: De gauche...

Leave a Reply